mercredi 1 février 2017

Easy FO - Ouvrage facile

un petit panier pour mes lingettes à lunettes.

a little basket for my glasses' wipes :


vendredi 13 janvier 2017

First FO of the year! - premier ouvrage de l'année!

On ne peut pas dire que je sois en avance. Voici le cadeau de Noël aux membres d'un club d'arts du fil auquel j'appartiens.
Je ne peux pas les offrir avant février de toutes façons. Il y a eu les semaines des repas de Noël et de la galette des rois que j'évite car j'ai du mal avec l'excitation ces jours là; aujourd'hui je ne pouvais pas y aller car vendredi 13 et la semaine prochaine il y aura sûrement du verglas.

I'm fashionably late. This is the Christmas gift for the members of a fiber arts club I belong to. I can't gift them before february anyway. There were weeks where they had the feasts for Christmas, and then Epiphany, and I don't attend those because the excitation on these days triggers my anxiety; today I can't because it's friday the 13; and next week they forcast ice storms.







Je n'y vais pas souvent de toutes façons; la plupart du temps je suis juste trop angoissée et fatiguée pour y aller.

I don't go very often, anyway; most of the times I feel too anxious and tired to go out of the house.

jeudi 15 décembre 2016

Generalized anxiety - Anxiété généralisée

Il y a des jours où je préfèrerais avoir des attaques de panique, si ça voulait dire que je serais tranquille entre (bien sûr, je dis ça en ne connaissant pas les crises d'angoisse; si c'était le cas je ne dirais sans doute pas ça); mon anxiété a moi est plus diffuse, mais toujours haute, même si pas au niveau d'une crise d'angoisse. Elle se nourrit de tout et n'importe quoi, tout lui est prétexte. Tous les midis il y a l'épreuve d'aller chercher le courrier, par exemple. Il y aura certainement une mauvaise nouvelle, un décès peut-être. Je dois prendre un lexomil avant d'aller le chercher. Il y a la paperasse, sûrement je vais me planter en la remplissant. Il y a sortir de la maison, ce qui fait que généralement  je ne sors que pour les courses et ma leçon de chant (le même jour, avoir à sortir pour les courses me motive pour le chant). Même dans mes plaisirs, cette vicieuse peut se cacher. Je suis fan de Tu mourras moins bête sur Arte, mais leur gimmick de "vous mourrez moins bête, mais vous mourrez quand même" me fait immédiatement penser au départ de mes proches. Plutôt que des pics d'anxiété, j'ai cette rengaine qui me suit dans tous mes pas. Le plus dur, c'est les commentaires "tu penses trop, c'est dans ta tête", même par mes parents qui devraient se rendre compte que je ne peux pas faire autrement.
Pour contrer ces anxiété usante, je développe des rituels : si je vois une pie, je suis protégée, si je place les interrupteurs d'une certaine façon, si je fais 30 minutes de tricot, si je fais trinquer les cafés que je viens de verser...la forme même de mes fluides corporel est un présage, et ce tout au long de ma journée, tout est prétexte à analyser, à essayer de me rassurer. Quand je voyais encore un psy digne de ce nom, il me disait que c'était une bonne façon de contrer l'anxiété, sauf si ça devenait une contrainte; or c'est en train de le devenir; car il s'est fait une évolution : maintenant, si je ne vois pas la pie, si j'oublie l'interrupteur, c'est à coup sûr dans mon esprit porteur de mauvais présage. Pire, ça me vole mes anciens plaisirs, ayant transformé le tricot en corvée obligatoire.

There are days where I'd prefer it if I had panic attacks, if it meant that it would be peace and quiet between them (of course, I'm saying this not having the experience of panic attacks; if I had, I might prefer my situation); my personal anxiety is more diffused, but high every day, even if it's not as high a level as an anxiety attack. It feeds on anything and everything is a pretext for anxiety. Every noon, there is the post I must check, as for an exemple. Surely bad news, a death even. I must take bromazepam before opening the letterbox. There is paperwork, surely I will fill it wrong, and there will be problems. There is going out of the house, which as a result has me generally only going out for grocery shopping and singing lessons (I do it the same day, as having to go out for groceries motivate me for going to the Conservatoire); this vicious feeling can even hide in my pleasures. I'm very fond of the show "Tu mourras moins bête" but they always end with "you'll die a little smarter, but you'll die anyway", which makes me thing of my family memebers' departure. My anxiety doesn't have peaks, but it is nagging. The hardest part is the comments : "you think too much, it's all in your head", even uttered by my parents who should know better.
To fight this ever nagging anxiety, I have developped rituals : if I see a magpie, it's a good omen, if I switch the light switches so, if I knit for 30 minutes, if I make a toast with the coffee cups...even my bodily fluids are omens, and it's like that all day long, everything is a pretext for analyze to try to reassure myself. When I still saw a worthwhile psych, he said it was a good way to evacuate anxiety, as long as it didn't become a chore. And it is, now. For there has been an evolution : if I don't see a magpie, if I forget the light switch, it is a sure bad omen. Worse, it robbed me of my pleasure, as I do my mandatory 30 minutes knitting.

La thérapie me manque; je suis passée d'un cmp où j'étais suivie hebdomadairement à un cmp overbooké où j'ai droit à 10 minutes tous les deux mois.


I miss therapy. I went from a dispensary where I got weekly care to an overbooked dispensary where I am seen 10 minutes every two months.

samedi 22 octobre 2016

Where I get cultured - Où je deviens cultivée

Rien de nouveau dans ma vie, si ce n'est que j'ai recommencé à postuler à des offres d'emploi. Je voulais juste parler d'une initiative formidable : l'opéra, le théâtre et le ballet au cinéma. Dans les cinémas Gaumont sont périodiquement retransmis pendant la saison d'hiver des captations du Metropolitan Opera, du Bolshoï et de la Comédie Française. La saison a commencé en Octobre, j'ai déjà vu Tristan et Isolde pour l'opéra, Roméo et Juliette pour le théâtre, et l'Âge d'Or pour la danse. Et demain je vais écouter Don Giovanni :) 
Les places coûtent cher (24€ pour la danse, 34€ je crois pour l'opéra) mais voilà le bon plan : si vous avez un abonnement carte Pass, c'est compris dedans.
Vous pouvez en savoir plus sur http://www.pathelive.com/ et commander les places sur http://www.cinemasgaumontpathe.com/ ; il faut savoir que mieux vaut réserver bien en avance, les projections se faisant dans des petites salles vite complètes.


Nothing new in my life, except the fact I started to search again for a job. I just wanted to write about an amazing initiative : opera, ballet and theatre at the cinema. In France, it's in Gaumont theaters but there are projections worldwide. During the winter season they show captations of the Metropolitan Opera, of the Bolshoi and the Comédie Française (I think this one is France-specific). The season started this October, so far I've seen Tristan and Isolde for the opera, Romeo and Juliette for the theater and the Golden Age for ballet. And tomorrow I'm going to see Don Giovanni :)
Tickets are expensive, but over here if you have a cinema pass card they are included, so it may be worthwhile to check with your local theater. Company name of the events is Pathé Live, but I can't link because the site is regionalised. One thing that is important to know is that it's better buying tickets early, as they are quickly sold out.


Cela me fait du bien, car cela me fait sortir, autrement je ne sors que pour les cours de chant et les rendez-vous psy. Mais même si j'ai envie d'y aller, je sais que demain ce sera la torture et l'angoisse pour me décider à y aller. Après, j'en serai heureuse, mais avant...brrrr....


It's good for me because it makes me go out of the house, otherwise I only go out for my singing classes and my appointments with the psych. But even if I want to go, I know that tomorrow it will be torture and anxiety in order to decide to actually go. After the fact I know I will be happy to have gone, but before...brrrr...

mardi 20 septembre 2016

Big Crocheted Sweater of Doom - le Pull en Crochet de la Mort qui Tue

Inspiré de ce Deviantart.

Inspired by this Deviantart.



J'ai rêvé de ce pull depuis 2014...mais je ne le voyais pas comme ça; j'ai commencé au tricot puis envoyé tout valser pour recommencer au crochet. Mais là...subit manque de mojo; je me suis forcée à y travailler un minimum de 15 minutes par jour. J'y ai passé des mois. J'ai un genre de pensée magique : si je fais 15 minutes de crochet ou tricot par jour, je suis protégée pour le lendemain. Ce qui fait que je me force, même quand ça me rend malheureuse. 
Mais voilà, il est terminé. Je le recommencerai au tricot quand mon mojo sera revenu. Mais là j'ai deux projets qui me titillent : un pull inspiré de celui de Ginny dans Harry Potter and the Cursed Child, ou un pull inspiré de la robe de Julia Palombe chez Ardisson samedi dernier.

I have been dreaming of this sweater since 2014...but I didn't imagine it like that; I started with knitting but I frogged it all and restarted with crochet. But then I suffered a lack of mojo; I forced myself to work on it at least 15 minutes a day. It lasted for months. I have this kind of magical thinking : if I crochet or knit for 15 minutes, I'm protected during the next day. So I force myself, even when it makes me profundly unhappy.
But here it is, all finished. I'll do it again with knitting when my mojo comes back. But for now I have two titillating projects : a sweater that's inspired by the one worn by Ginny in Harry Potter and the Cursed Child, and another that's inspired by a dress I saw on tv last saturday.

vendredi 9 septembre 2016

End of an era - La fin d'une ère

Depuis Avril 2015 je travaillais à l'ESAT. Mais progressivement je suis devenue suicidaire. Je fantasmais sur les différentes façons de m'occire ou de me faire du mal. J'ai dû être arrêtée à partir de Novembre 2015 parce que ça devenait trop lourd; ces dernières semaines, ça avait empiré, je faisais carrément des provisions de médocs pour tous les prendre à mon retour; cette fois-ci, j'aurais sauté le pas. Je me suis fait peur et ai décidé d'arrêter; la lettre de démission est partie ce matin; j'ai à la fois un poids en moins sur la conscience et des angoisses pour l'avenir; idéalement, j'aimerais reprendre des études, d'abord en Allemand au CNED, puis en master de traduction spécialisée, où je pourrais faire valoir ma licence de chimie et mon DEUG de bio. Mais si je me plante?

Pour arranger les choses, mon psy est parti en retraite; il va peut-être reprendre un cabinet privé et j'espère qu'il va le faire car mon nouveau psy au CMP est bof bof : deux questions, renouvellement de l'ordonnance, au revoir, à dans deux mois.


Since April of 2015 I was working in a facility for people with mental health disabilities; but I progressively got more and more suicidal. I fantasized on different ways of killing or harming myself. I had to go on sick leave since November of 2015 because the weight of it all was too heavy; during the last weeks, it got worse, I was stashing medication to take it all if I ever had to come back; this time, it was sure I would have taken the plunge. It made me very affraid, so with the rest of sanity I had I decided to resign; resignation letter got in the post this morning. It's both a weight I am relieved of and more anxiety about my future; ideally, I will start to brush up my German by correspondance then attempt to get into a technical translation master, as my chemistry and biology background would be an asset. But what if if I fuck up?

TO complicate things, my psych has retired. He might open a private practice and I surely hope he does. My new psych at the mental health dispensary is very so-so : two questions, renewal of my prescription, wham bam thank you madam, see you in two months.

dimanche 29 mai 2016

worn - porté

Mon top du dernier billet :

My top from the last post :



Et une comparaison avec il y a deux ans :

And a small comparison with two years ago :